Urgence climatique, à Roubaix, le bilan en demi-teinte des efforts de réduction de gaz à effet de serre ...

Publié le 17 Juin 2019

Urgence climatique, à Roubaix, le bilan en demi-teinte des efforts de réduction de gaz à effet de serre ...

La Ville de Roubaix a présenté son bilan carbone en Conseil Municipal et déclare avoir réduit ses émissions de Gaz à Effet de Serre de 1/3 entre 2013 et 2018. Ce n’est pas tout à fait exact, on fait dire aux chiffres ce que l’on veut. Il s’agit ici en effet surtout d’un bilan énergétique de l’administration communale, et d’un bilan carbone minimaliste ; On se réjouit de toute baisse, cela ne justifie pas pour autant dans le journal municipal, l’édito d’autosatisfaction que l’adjoint au développement durable a tenu dans la page normalement réservée à l’opposition. Il m’a semblé important au nom du groupe écologiste d’interpeller le Maire et son adjoint à plus d’ambition réelle et en dialogue avec la population.

 

« Mr le Maire,

 

La situation est grave et elle est urgente. Vous avez reçu une interpellation du collectif « ensemble pour le climat de Roubaix » au mois de décembre 2018 qui vous a remis le rapport du GIEC, vous n’y avez répondu qu’en Avril 2019 : 4 mois pour répondre à un courrier ...

 

La situation est grave, on le sait mais les résultats et engagements climatique de la COP21 ne sont pas au RV, en France et partout.

 

Depuis le rapport du GIEC, les alertes se multiplient. Jean Jouzel, l’emblématique climatologue français a carrément sa chronique d’alerte dans les grands médias, et les gens assistent effarés l’été aux incendies de forêts en Suède et plus seulement en Californie ; dans notre département nous entamons le 3ème mois d’alerte sécheresse officielle en plein printemps, pendant qu’à Roncq, Linselles, Neuville en Ferrain, Halluin les maisons se fissurent par rétractation des sols.

 

La situation est grave, cette semaine mardi, l’emblématique géant du pétrole BP a sorti son rapport sur l’énergie dans le monde : il montre que les émissions de CO2 affichent leur plus forte hausse depuis 7 ans, nous ne sommes pas sur la bonne trajectoire, c’est un pétrolier qui le dit...

 

Rappelons à quoi sert le bilan qui nous est présenté :

  • D’abord à connaître nos émissions de GES, ce sont elles qui dérèglent le climat et nous mettent en danger,
  • Ensuite à agir pour lutter contre le réchauffement climatique, c’est un outil pour le pilotage des progrès à accomplir
  • Et il sert à l’État qui va consolider ces bilans pour suivre nos engagements globaux au titre de l’accord de Paris.

 

Mais ce bilan est-il produit seulement maintenant à Roubaix ?

Ce rapport sur les Gaz à Effet de Serre rendu obligatoire par la Loi devait être fait depuis 2012, le 1er bilan sous votre mandature concerne 2017 et nous est présenté en 2019. En fait il manque au moins un bilan, il aurait dû y en avoir un en 2015, et en en fin de mandat ...

 

Donc finalement nous n’avons que peu de recul, heureusement qu’un bilan expérimental ait été réalisé par vos prédécesseurs en 2006, qui permette de se féliciter de la baisse enregistrée, mais quand même considérons cela avec modestie : sur 12 ans est-ce au niveau de l’urgence ?

 

Et on ne peut y voir la trace de l’action propre à ce mandat, puisqu’on n’a rien pour la mesurer ... La modestie est de mise et le rapport le dit au point 2.6 je cite « il n’y a pas d’émissions évitées sur le bilan 2017 ».

 

Que mesure-t-on dans ce bilan ?

 

La ville a fait le choix du minimum obligatoire, c’est à dire les émissions liées aux consommations énergétiques de l’administration communale. (scope 1 et 2) : consommation des bâtiments, véhicules de l’administration, éclairage public

 

Ce bilan ne mesure donc pas les émissions indirectes, quelques exemples : on ne mesure ici ni les achats de produits, ni les déplacements domicile travail, ni les investissements, ni les déchets, ni les manifestations etc ... Elles seraient pourtant le témoin de la réalité du bilan des émissions des GES de l’administration communale

 

Alors soyons modestes sur les résultats et votre engagement, vous n’avez mesuré que ce qui est strictement obligatoire ...

 

Ce bilan ne mesure pas non plus les émissions des politiques municipales. La loi en effet prévoit que le bilan porte sur le patrimoine et les compétences de la collectivité, ici il a été choisi de ne rien traiter des politiques mises en œuvre au profit de la population : quid de la restauration collective, des écoles, du cadre de vie ? et je dirai même quid du zéro déchet ?

 

Quelles perspectives trace ce bilan ?

  • D’agir sur la consommation énergétique du patrimoine communal : enfin un programme qui coule de sens, celui des investissements qui rapportent, vous y consacrerez 3,4 M€ nous le saluons, pour une économie annuelle de 309 K€, cela sera remboursé en 11 ans, beau retour sur investissement, nous applaudissons, mais vous auriez du agir plus tôt, nous vous l’avions proposé lors de l’examen du Plan PluriannueI d’Investissement en 2015, vous le faites in extremis en fin de mandat. Au Rez-de-Chaussée de la Mairie, on est parfois obligé d’ouvrir les fenêtres en plein hiver tellement c’est surchauffé ... quel gâchis
  • Éclairage public : là on peut être satisfait, pensons à veiller à des zones de pénombre pour le repos de tous, hommes et biodiversité
  • Recours aux énergies renouvelables : heureusement qu’il y a le mix vert du chauffage urbain alimenté en grande partie par la biomasse, car là on est très en retard sur tout et par rapport à d’autres villes, donc on peut espérer l’année prochaine voir à Roubaix les 1ers panneaux photovoltaïques sur 2 écoles ...
  • Déplacements : nous attendons le PDA, vous prévoyez un rachat complet de la flotte de véhicules, vous n’envisagez pas de la réduire, il y a pourtant probablement des gains d’usage possibles
  • Eau : on va détecter les fuites, c’est un minimum ...

Terminons par la trajectoire : que nous propose la Ville ?

 

C’est celle du facteur 4, la division par 4 des Gaz à Effet de Serre, mais c’est en dessous des nouveaux engagements de la France qui vise désormais la neutralité carbone en 2050, c’est à dire zéro émission ou des émissions compensées.

 

Or la France ne produit que le résultat consolidé de ce que font les acteurs, dont les communes. Nous devrions avoir l’ambition de viser la neutralité carbone.

 

Il y a tellement d’aspects que ce bilan carbone minimal n’évoque pas, c ‘est dommage.

 

Je terminerai par les arbres, ils stockent le carbone que nous émettons, et compensent nos émissions. On pourrait avoir un bilan du parc arboré. Or, que voyons-nous encore aujourd’hui à Roubaix, alors que l’on doit lutter contre le changement climatique et lutter contre les ilots de chaleur en ville ? : on abat des chênes devant la gare pour un angle de vue de caméra de surveillance et parce qu’ils font de l’ombre. Je crois que les priorités sont mal évaluées.

 

Nous prenons donc acte du bilan présenté et encourageons votre majorité à avoir plus d’ambitions, et pas seulement juste avant les municipales.

 

Plus d’ambition, c’est aussi imaginer un changement d’échelle, impliquant toutes vos politiques publiques en dialogue avec la population.

 

Et pas parce qu’il y a les municipales, mais simplement parce que la situation est grave et qu’elle est urgente. »

 

photo ©MyriamCau Artiste Jef Aérosol pour La Condition Publique à Roubaix

Rédigé par myriamcau.fr

Publié dans #Roubaix action municipale

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article