Efficacité énergétique : des milliers d'emplois attendus si les Etats Membres de l'Europe sont au Rendez-Vous

Publié le 7 Mai 2012

terre europeAlerte de la Confédération Européenne des Syndicats sur la position de l’Europe en matière d’efficacité energétique  

Il nous faut préparer la transition écologique de nos sociétés, la question énergétique y est fondamentalement au cœur. Elle doit intégrer la lutte et l’adaptation contre le changement climatique et tenir compte de la fin des énergies fossiles accessibles.

 

En théorie, grâce à l’énergie solaire qui arrive sur notre planète, nous aurions largement de quoi assurer tous nos besoins… En réalité, nous ne maîtrisons pas assez les technologies par manque d’investissement et de recherche, nous ne structurons pas les filières et nous ne faisons pas les bons choix … Mais tout est possible, encore, et notamment de disposer d’un modèle énergétique durable, dont nous maîtriserions les risques, basé sur la sobriété et l’équité de la consommation énergétique et tourné vers les énergies renouvelables.

 

Tous les décideurs sont loin d’avoir pris la mesure des enjeux et des moyens à mettre à œuvre pour faire face à la crise énergétique et climatique. L’Europe est pourtant en avance à l’échelle du monde, c’est le bon cadre pour poser les bases d’un nouveau modèle énergétique. Mais l’Europe est aussi timorée, elle est aux main de conservateurs qui préfèrent se voiler la face des crises à venir pour préserver des profits immédiats, elle ne dispose pas d’un système de gouvernance suffisamment démocratique et efficace pour les décisions courageuses qu’il faut prendre. Actuellement l’Europe travaille sur une directive concernant l’efficacité énergétique, mais les gouvernements l’édulcorent et en limitent la portée. C’est une grave erreur d’appréciation, une lâcheté au regard des difficultés qui attend la génération d'après, celle de nos enfants...

 

La Confédération Européenne des Syndicats nous alerte sur ce manque d’ambition politique des Etats membres. Elle nous alerte d’autant plus, que les Syndicats Européens –exemple Allemand à l’appui – ont bien compris tout le bénéfice en terme d’emplois que l’on peut attendre d’une politique d’efficacité énergétique…

 

Expression de la Confédération Européenne des Syndicats

Directive Européenne sur l’efficacité énergétique

La Confédération Européenne des Syndicat appelle les États membres à faire preuve de davantage d’ambitions pour donner un signal fort en faveur de l’emploi

vendredi 4 mai 2012

 

Alors que le projet de Directive sur l’efficacité énergétique (DEE) sera présenté au Comité des représentants permanents auprès de l’Union européenne (Coreper) le vendredi 4 mai, la Confédération européenne des syndicats (CES) appelle les États membres à arrêter de dénaturer la proposition.

 

«La proposition initiale de la Commission était déjà très prudente tant dans sa portée que dans ses exigences », a déclaré Judith Kirton-Darling, Secrétaire confédérale de la CES, à l’approche de cette réunion, « et maintenant les gouvernements nationaux modèrent encore ces exigences limitées au lieu de considérer l’efficacité énergétique comme un moyen de créer des centaines de milliers d’emplois en Europe. Des emplois dont nous avons un urgent besoin ! ». Depuis longtemps, la Confédération européenne des syndicats réclame des objectifs contraignants en matière d’efficacité énergétique aux niveaux européen et national afin d’arriver à une amélioration d’au moins 20% d’ici à 2020 tout en précisant clairement le rôle de la participation et de la formation des travailleurs. L’évaluation d’impact initiale de la Commission estimait à 2,4 millions le nombre d’emplois qui pourraient être créés au travers de ces mesures limitées.

 

Pour illustrer les opportunités qu’offrent le dialogue social et la participation des travailleurs, l’Alliance allemande pour l’emploi et l’environnement a bien démontré le rendement net des investissements dans les programmes d’efficacité énergétique et de rénovation. Cette alliance rassemble un large éventail de parties prenantes : gouvernement, partenaires sociaux et organisations non gouvernementales pour l’environnement. Au travers du dialogue et de la participation active de toutes les parties concernées, elle a pu réaliser la rénovation de plus de 2,4 millions d’appartements, ce qui a entraîné une réduction d’un million de tonnes de gaz à effet de serre en 2006 et de 1,5 million de tonnes en 2009. Elle a également conduit à la création de 221.000 emplois en 2008 et de 340.000 emplois en 2010, principalement dans les métiers et les secteurs de la construction mais aussi dans la production de matériaux de construction (vitrage isolant, isolants thermiques, etc.) tout comme dans des activités professionnelles telles que l’architecture, la consultance et l’ingénierie.

 

« Nous sommes fermement convaincus que cet exemple et d’autres bonnes pratiques peuvent servir de modèles à d’autres pays et à d’autres secteurs. Cela exige toutefois une volonté et un engagement politiques. Nous aimerions voir les États membres de l’UE faire preuve de cette volonté politique vendredi et dans les semaines à venir afin d’arriver à un accord qui révèle leur ambition et non leur immobilisme », a encore déclaré Judith Kirton-Darling.

 

Détail de la position de la CES sur la Directive Efficacité Energétique sur : http://www.etuc.org/a/9158

 

Rédigé par myriamcau.fr

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article